Comment bien lire les étiquettes ? - Du rebloch' et des copains
17849
post-template-default,single,single-post,postid-17849,single-format-standard,bridge-core-2.2.4,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-21.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive

Comment bien lire les étiquettes ?

Je ne sais pas vous, mais quand nous nous rendons au supermarché, nous sommes perdues. Perdues face à tant d’informations, tant de produits différents. Il y a de bons produits, mais d’autres dont la qualité laisse à désirer. Certains sont naturels d’autres sont ultra transformés. 

Comment se repérer si on ne nous apprend pas à lire les étiquettes ? 

Généralement, nous nous dirigeons vers des produits dont nous connaissons la marque. Un produit qui apparaît souvent à la télé, avec une identité forte, slogan percutant ou un design original. Bien trop souvent nous nous laissons avoir par les stratégies marketing mises en places au détriment de l’aspect qualitatif du produit. 

Et si on apprenait ensemble à lire les étiquettes ? Et si on se focalisait sur le qualitatif plutôt que le superficiel ? 

Aujourd’hui nous allons aborder plusieurs choses dont en premier les additifs alimentaires, puis nous ferons un zoom sur trois types d’aliments en particulier pour terminer par un petit guide pour bien se repérer au supermarché. 

1. Les additifs alimentaires 

Les types d‘additifs

E 200, E 300, ça vous évoque quelque chose ? Ces langages que nous ne comprenons pas sur les étiquettes à quoi correspondent – ils ? 

 Ce sont des additifs alimentaires, on s’explique : 

 Un additif alimentaire est défini comme : « Toute substance non consommée comme aliment en soi, habituellement non utilisée comme ingrédient dans l’alimentation, possédant ou non une valeur nutritive ». 

 

Tous les additifs alimentaires sont codifiés par la réglementation européenne et triés par catégories : E 200 pour les colorants, E 300 pour les agents anti-oxygène… Le E signifie Europe, car ces codes sont établis par l’Union européenne. En France 28 additifs sont interdits de toute utilisation, car reconnus dangereux pour la santé. Chaque additif possède son propre code. On retrouve donc : 

Attention, les arômes ne sont pas considérés comme des additifs, mais certains restent malgré tout nuisible.  Nous les retrouvons dans du miel industriel ou les chips par exemple. 

Maquillage VS chirurgie : 

 

“Certains additifs sont comme du maquillage. Ils ont une action superficielle sur le produit en jouant sur l’esthétique au sens plus large, sans modifier la structure.

Dans son livre, “Vous êtes fous d’avaler ca” Christophe Brusset, dénonce tous les vices et pratiques de l’industrie agroalimentaires, dont il a été témoin pendant 20 années. Il distingue les additifs alimentaires en deux catégories, ceux qui maquille le produit, et ceux qui le transforment entièrement, dans un souci de design marketing. Certains sont comme du maquillage, il joue sur l’esthétique, par exemple la couleur des cerises en conserve sont d’un rouge pétant = maquillage, on ajoute un colorant. D’autres relevant de la chirurgie, la structure étant totalement modifiée.

 “On ne cherche plus seulement à améliorer les qualités sensorielles, mais à faire plus de profit en augmentant le poids du produit. 

Ici, sont ajoutés des agents de texture comme la gélatine, l’amidon, le guar Il prend ici l’exemple d’un yaourt : 

 “Le yaourt est trop cher ? Pas de problème, on ajoute de la flotte avec de la gélatine et des amidons modifiés. On ne dit plus yaourt, mais préparation laitière. De toute façon, le consommateur n’y comprend rien, et puis il suffit de lui donner un joli nom terroir que l’on écrira en gros sur l’emballage ” 

Mais où est le problème dans tout ça ? 

Le problème, c’est que depuis des années de nombreux scandales ont fait surface auprès du grand public, avec les additifs toujours au cœur des discussions. Certains d’entre eux entraîneraient et auraient des effets directs sur la santé humaine : des troubles de l’attention chez l’enfant, problèmes de concentrations, allergies.. 

 

= une bonne dose de 💩  !

2.  ZOOM SUR …

Dans cette vidéo, sont notamment ciblés : pizzas industrielles, plats préparés, légumes en conserve, bonbons, chips, viandes et charcuteries livrées sous cellophane, vinaigrettes, et yaourt ! ( aussi surprenant que ça puisse l’être pour le yaourt ). Du coup, nous avons fait notre petite enquête :

 Du coup nous avons fait notre petite enquête :

“Pour le plaisir j’avais calculé que dans mon croque-monsieur, entre le jambon, le fromage fondu, le pain et autres ingrédients mineurs, j’avais presque 5% en poids d’additifs. » 
Christophe Brusset. « Vous êtes fous d’avaler ça » 

 

PETITE APARTÉ SUR LE NUTRI SCORE : 

Nutri-Score

Le nutri score a  été mis en place en 2016 par le gouvernement français. Dans quel but ? Guider le consommateur sur l’étiquetage et d’harmoniser la lecture des étiquettes sur les produits européens. Il se base sur les qualités nutritionnelles d’un produit. Les nutriments nécessaires : fibres, protéines, fruits et légumes, ainsi que les nutriments à limiter : acides gras saturés, sucre et sel. Il classe ainsi les produits de A B C D E.. 

L’initiative est remarquable, car nous consommateur avons besoin d’être guidés dans nos choix de consommation. 

MAIS ATTENTION : le nutri score ne prend ni en compte la présence d’additifs, ou la présence de pesticides, ni l’état de transformation des produits, donc il y a certain manque de cohérence entre certains produits…

Exemple : De l’huile d’olive extra vierge bio (le top du top)  va disposer d’une note de D, alors qu’un muesli ultra transformé disposera d’une note C.

En effet si nous mettons 1L d’huile d’olive dans notre tomate mozzarella, notre corps n’appréciera pas trop. Mais en petite quantité c’est bien meilleur pour la santé qu’un bol de muesli ultra transformé et bourré d’additifs!

3. Le petit guide  au supermarché 

 

  • Favorisez les produits locaux mais surtout Français !
  • Privilégiez le fait maison 
  • Évitez les premiers prix 
  • Favorisez  fruits et légumes de saison 
  • Evitez poudres et purées 
  • Contrôlez les listes d’ingrédients : huiles hydrogénées, colorants chimiques, conservateurs, aluminium, glutamate monosodique, edulcorants intenses, produits épuisés …💩
  • Attention au marketing : ne pas se focaliser uniquement sur l’emballage 
  • Contrôler les DLC ( qui dit DLC éloigné dit ++++ de conservateurs ) 
  • Méfiez vous des labels ou certaines mentions comme “sans conservateurs”, “sans colorants artificiels”, “0%”,
  • FAVORISEZ : Un max d’ingrédients naturels, composition simple et minimum d’additifs!
  • Téléchargez Yuka pour vous aider à vous repérer peut être un bon début ( attention outils qui n’est pas fiable à 100%, on vous invite à vous renseignez davantage! )
  • Téléchargez et complétez notre super liste de course !

4. Notre liste de courses à télécharger 😋👍

Vous n’avez plus qu’à la télécharger et la compléter directement depuis votre téléphone

Sources :

https://www.allergienet.com/conservateurs-allergie/ 

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/additifs-alimentaires-conditions-et-modalites-utilisation

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/additifs-alimentaires-conditions-et-modalites-utilisation

https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/MEMO_11_783

https://www.youtube.com/watch?v=6C4qgsqulKI

« Vous êtes fous d’avalez ça » Christophe Brusset.

Articles similaires